Exposition de photographies canines "Entre chien et LOOK" du 1 au 15 septembre au café "LE LOOK" en partenariat avec le Cercle de l'art.

17 rue Martel Paris 10

Communiqué

 

L’exposition Monomanias convoque des travaux d’artistes, choisis sous l’angle de la monomanie (du grec ancien monos “une seule“ et manía “folie“) définie comme un délire caractérisé par la fixation de l’esprit sur un objet, ou encore le goût excessif pour quelque chose.

 

En 1883, le critique d’art Joris-Karl Huysmans décrivait déjà le phénomène de la monomanie chez les artistes dans son ouvrage L’art Moderne: « (...) il suffit de dire que l’oeil de la plupart d’entre eux s’était monomanisé ; celui-ci voyait du bleu perruquier dans toute la nature et il faisait d’un fleuve un baquet à blanchisseuse ; celui-là voyait violet ; terrains, ciels, eaux, chairs, tout avoisinait, dans son oeuvre, le lilas et l’aubergine (...) »

 

L’exposition Monomanias donne un aperçu au pluriel de la monomanie, consciente et assumée. Une manie que les artistes convoquent pour les besoins de leur art ou qu’ils ne peuvent refréner par appétence pour leur sujet ou leur recherche. La monomanie se traduit aussi bien à travers leur pratique sous la forme de rituels ou d’actions répétées que par l’appropriation d’une forme ou l’expérimentation d’une même technique ou d’un même matériau sur la durée. Certains artistes se créent même un système de représentation du monde avec leur propres codes qu’ils répètent avec d’infimes variations. La manie peut s’exercer sous la forme de la reproduction d’un geste et de son exacerbation dans l’espace ou le traitement obsessionnel d’un sujet.

 

Les artistes élisent souvent un terrain de jeu dans lequel ils gravitent, qui délimite leur champ d’action ; ils perçoivent la réalité sous le filtre de leur pratique avec des sens aiguisés. L’entêtement et l’obsession autour d’un objet s’avèrent finalement être des composants à part entière de la création. Cette manie intentionnelle ou instinctive chez les artistes, à la frontière de la folie, se dévoile ainsi au grand jour à la galerie Héloïse.

Lise Grosperrin

 

 

Galerie Héloïse

 

37 rue Dunois 75013 Paris

Les deux ateliers d’artistes FAIRPLAY et FLAMME ont décidé pour la deuxième année de s'associer avec 4 ateliers d’artistes contemporains afin de proposer une exposition-parcours réunissant plus de 50 artistes de la scène montreuilloise.
Chaque atelier forme un archipel et propose une exposition individuelle inédite. Le spectateur est invité à déambuler d’un atelier à un autre.
Au programme exposition d’art contemporain, projection, performance, lecture.
Avec la participation de Samuel Belfond Critique d’art et écrivain
Voici la liste des ateliers participant à la Croisière:
ÂME NUE: 90 rue du Midi 93100 Montreuil
Atelier FLAMME: 36 rue Gaston Lauriau, 93100 Montreuil
Atelier FAIRPLAY : 70 Rue Beaumarchais 93100 Montreuil
Atelier LE MIDI: 52 rue du Midi 93100 Montreuil
Atelier MAMA GOOSE: 54 rue des Hanots 93100 Montreuil
Ateliler NON-ETOILE: 10 rue de Vincennes 93100 Montreuil
visuel réalisé par Brieg Huon

Exposition en cours:

Exposition FROM: TO: du 8 au 17 octobre avec le collectif S.P.O.R.T.S curâtes par le collectif espace fine

Exposition personnelle du 12 au 3 octobre 2021 à Angle d'Art 

Dans l'exposition « Thème : Dans un appartement », le duo d'artistes Mélanie Feuvrier et Hugo Fortin télescope les traces laissées par Le Corbusier dans son appartement-atelier au sein de la Maison La Roche. Ils y présentent aussi les traces écrites à la manière d’un livre d’or laissées par les visiteurs. Par ces deux gestes, ils s’intéressent au fait d’habiter un lieu et d’y être présent : qu’y projette-t-on ? qu’y laisse-t-on de soi-même ? L’exposition rappelle qu’être ici et maintenant est avant tout une expérience personnelle où se nouent l’imaginaire et le vécu de chacun.

 

Exposition en duo avec l'artiste Hugo Fortin du 3 au 26 juin à la Maison La Roche au 8-10 rue du Dc Blanche, Paris 16

WINDOWS PROJECT Acte III, En attendant du 17 au 22 avril à la galerie Immanence.

Exposition collective"Pollyanna" du 13 au 21 mars au Bastille Design Center, une proposition de Maison contemporain sous le commissariat de Elora Weill-Engerer .

2ème TEMPS                                        RESIDENCE A L'APPARTEMENT ATELIER LE CORBUSIER DU 2 SEPTEMBRE AU 2 OCTOBRE 2019

Mélanie Feuvrier et Hugo Fortin dans leur installation "Rêvant entre les lignes"au Palais des Beaux-Arts pour l'exposition Pliure, 2015

Texte de présentation du projet « Livre d’or » à destination du public

 

Dans le cadre de l’anniversaire de la réouverture de l'appartement-atelier de Le Corbusier, le duo d’artistes Mélanie Feuvrier et Hugo Fortin investit l’appartement-atelier de Le Corbusier en deux moments de résidence en 2019 et en 2020. Une exposition qui rendra compte de cette résidence se tiendra à la Maison La Roche courant 2020.

 

Comme toujours dans leur projet commun, la démarche de Mélanie Feuvrier et Hugo Fortin est participative et collective. La première partie de leur résidence se tiendra à partir du 10 juin 2019, et ce pendant un mois : ils seront présents pendant les heures d’ouverture de l’appartement-atelier pour effectuer ce premier temps de collecte.

 

Ce projet s’inspire de la pratique de laisser un mot ou une note personnelle dans un livre d’or souvent placé à la fin d’une exposition. Ce geste anodin est à la fois le résultat d’une déambulation et d’une rêverie toute personnelle mais il est aussi la trace physique d’un passage. Ici, la page blanche du livre d’or prend la forme d’une photocopieuse et ce sera au visiteur d’en faire ce qu’il souhaite. Les artistes invitent ainsi chaque participant à penser à son intervention dont la seule contrainte est celle du format de la photocopie : note gribouillée, croquis improvisés, extraits de livre, photogrammes d’objets « à réaction poétique » etc.

 

 

Texte de présentation des artistes

Mélanie Feuvrier (qui vit à Paris) et Hugo Fortin (qui vit à New York) sont diplômés des Beaux-arts de Paris en 2014 de l’atelier Éric Poitevin. Au-delà de leur propre travail photographique et plastique, ils travaillent ensemble sur des œuvres qui sont, à chaque fois, participatifs et relationnels. Leur démarche s’intéresse à la place et au rôle de l’artiste dans la société, au statut de l’œuvre d’art comme résultat d’une rencontre entre des personnes et des lieux et à la question, esthétique et politique, de partir de la multiplicité pour former un ensemble.

 

 

RESIDENCE A L'ECOLE AVEC LE COLLECTIF CURRY VAVART DU 29 JANVIER AU 29 JUIN 2019. A BAGNOLET

Tentation(s), Installation de 7 sacs plastiques recouvert d'acrylique noir intense avec deux néons roses

Pendant 6 mois, Mélanie Feuvrier travaille avec le collectif Curry-Vavart, en partenariat avec la ville de Bagnolet dans l'ancienne école Paul Langevin avant sa démolition. L'école est dédiée à des résidences d'artsites, toutes disciplines confondus, ayant une volonté d'ouverture sur le territoire.

Pendant 6 mois Mélanie Feuvrier continu de construire son récit dont elle maîtise chaque élément, entre travail de composition et documentaire.